Hôpital privé
Le Bois

Rechercher

L’Hopital Privé Le Bois lance ambuGo, un service de prise en charge ambulatoire personnalisée entre le service ambulatoire et le bloc opératoire

Article le

Grâce au dispositif ambuGo, les patients valides pourront se rendre à pied du service ambulatoire au bloc opératoire, accompagnés par un brancardier.

Le développement de la chirurgie ambulatoire, c’est-à-dire une prise en charge d’une durée inférieure ou égale à 12 heures, est au cœur du projet médical de l’Hôpital Privé Le Bois.

Or, il a été prouvé que la participation active du patient dans ce type d’intervention chirurgicale diminue son stress et son anxiétéUne autonomie qui prend forme directement à l’arrivée dans le service – pour les examens en endoscopie et l’ORLL’infirmière prend en charge le patient, qui part se changer avant de patienter dans un salon de départ. “A ce stade, tout a été mis en place pour se détendre, explique Stéphanie Montel, directrice des opérations à l’Hôpital Privé Le Bois. Ambiance zen, mobilier accueillant, aromathérapie, diffusion de reportages animaliers…  S’il le souhaite, le patient peut même amener sa tablette, pour lire ou écouter de la musique.”

Là, un brancardier vient le chercher, pour l’accompagner au bloc opératoire. Il n’y a aucune prémédication, et fort des informations communiquées en amont, son arrivée au bloc se déroule le moins stressé possible. Sa mise en condition dans le salon de départ y contribue énormément, mais l’autonomie générée par le dispositif aussi. En effet, le patient se présente à pied au bloc, et non plus en brancard.

 

L’examen terminé, il passe en salle de réveil. Là, un praticien vient le chercher, lui confie les résultats de l’examen dans un bureau dédié. Le patient remonte alors à pied dans le service, accompagné du brancardier. “Le patient, s’il le souhaite, est invité à poursuivre le parcours avec une collation, dans un espace cafétéria. Candy Bar, machine à café, viennoiseries, jus d’orange… tout est réfléchi de manière à rendre le plus confortable la sortie du bloc. C’est en effet de la prise en charge que dépendra le succès de ce circuit.  Les patients apprécient le concept du circuit court leur permettant un retour rapide à domicile.

 

Cette configuration type, est le résultat d’une parfaite collaboration entre les praticiens, les équipes et le patient qui est au cœur du dispositif. Une optimisation et une fluidification de ces interfaces devrait se matérialiser par un nombre toujours croissant de ce type de prise en charge. “Toutefois, c’est un circuit que tout le monde ne peut pas emprunter, et le gastro-entérologue décidera de concert avec l'anesthésiste si le patient est éligible”, rapporte Stéphanie Montel.  

 

Le dispositif a été lancé lundi 10 septembre. Environ 30% du flux total est passé par l’ambuGo, avec un retour très positif pour 90% des patients. Un dispositif qui va d’ailleurs jusqu’aux hôtesses de facturation, qui se prêtent au jeu de l’interview avec chaque patient ayant emprunté ce parcours. “Ils se sentent très impliqués lorsqu’on sollicite leur avis. Et leurs commentaires sont plus constructifs à l’oral que dans un simple questionnaire de satisfaction”. Une dynamique vertueuse, largement relayée auprès des praticiens qui, forts de ces retours, vont proposer ambuGo au plus grand nombre.

Article précédent

Octobre Rose, campagne d’information pour le dépistage du cancer du sein : les tatouages de l’espoir

Les cicatrices laissées par les opérations chirurgicales du cancer du sein peuvent engendrer une véritable souffrance psychologique chez les femmes opérées....

Article suivant

Allaitement, une sensibilisation bien avant la naissance

Tous les ans, la semaine mondiale de l’allaitement (SMAM) sensibilise les mamans à l’importance d’allaiter leur nourrisson ou leur nouveau-né, afin d...